منظمة شعب الأندلس العالميةORGANIZACIÓN MUNDIAL DelPUEBLO De AL-ANDALUS
مرحبا بك في موطنك الافتراضي الأندلس، على قول المثل: "تفاءل بالخير تنله". نرجو أن تستفيد وتفيد في إطار أخوي هادف
http://smiles.a7bk-a.com/smile_albums/welcoms/11921929472176.gif

1609-2009 : Quatrième centenaire d’un génocide occulté

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل

1609-2009 : Quatrième centenaire d’un génocide occulté

مُساهمة من طرف د. جمال بن عمار الأحمر في الأربعاء 09 يونيو 2010, 04:42

1609-2009 :
Quatrième centenaire
[center]d’un génocide occulté


Par [url=mailto://]S. Sahli[/url]
Edition du 3 janvier 2010

Qui de nous ne connaît pas la grandeur de la civilisation andalouse qui a rayonné des siècles durant dans la péninsule ibérique, mais qui de nous connaît le tragique destin des descendants des bâtisseurs de cette civilisation ? Le sort des morisques a été scellé par le décret de déportation du 22 septembre 1609.
En effet, dès que le conseil d’Etat a ratifié la décision du roi Philippe III, son premier ministre l’instigateur duc de Lerma, homme très puissant, influent et surtout haineux, ainsi que quelques inquisiteurs, dont Bleda, mettent en place, dans le plus grand secret afin d’éviter toute révolte et bénéficier de l’avantage de l’effet surprise, un dispositif macabre consistant en la recrue d’une milice sans foi ni loi, au rassemblement de toutes les forces militaires terrestres et navales réparties entre garnisons et galères, en la disposition aux frontières de renforts venus de Naples, de Sicile et du Portugal et ce, dans le but de traquer d’éventuels échappés. C’est ainsi que les foyers musulmans en villes et campagnes ont été investis. L’effroyable machine infernale s’est mise en route, les musulmans encerclés de partout sont capturés, une chasse à l’homme, où tout scrupule est banni, est en vigueur, femmes, enfants, vieillards sont expulsés de chez eux ; dépouillés de tout, ils sont acheminés vers les navires.
Les morisques qui résistaient, frondes et armes blanches en main, étaient massacrés ainsi que leurs familles, les têtes des meneurs étaient exposées aux abords des villes. Le nombre des déportés était tellement important qu’il a fallu faire appel aux transporteurs privés. Poussant le sadisme à son paroxysme, on les obligeait à s’acquitter de leurs tickets de « voyage », billets qui les emmenaient à une mort quasi certaine ! Les statistiques données par Bleda montrent que pour le seul royaume de Valence où les musulmans étaient majoritaires, plus de 80% sont exterminés : « Ainsi, il est certain que des milliers de morisques
qui ont quitté ce royaume de Valence, même pas le quart survécut, nombreux ont
péri en mer noyés, jetés par-dessus bord par les patrons des bateaux qui les
volaient… ».

A cette époque, les morisques représentaient plus de 10% de la population totale de la péninsule ibérique. On a fait dire à l’histoire que l’Allemagne nazie guidée par « la bête » était la première armée porteuse des gènes de l’ignominie ; mais cette
Allemagne là n’a fait que copier leurs prédécesseurs espagnols ! Un implacable appareil législatif ignorant toute morale et tout droit, une organisation scientifique de la répression, et la mise en place de tous les moyens militaires du pays en sont les traits communs. N’est-ce pas eux qui ont « justifié » les premiers leurs infamies par la « Limpieza de sangre » ? Rodrigo de Zayas dit : « Si la persécution des
juifs - le judaïsme est une religion - permet de qualifier l’Etat nazi d’Etat
raciste, il ne fait aucun doute qu’en appliquant strictement les mêmes
critères, l’Etat espagnol, en 1609, est un Etat raciste… », d’où l’acte de
naissance du racisme d’Etat. L’Etat espagnol par la mise en place de la
rationalité des moyens au service de l’instrumentalisation organisée dont les
fins sont l’extermination légale des musulmans a fait de lui le précurseur
inégalé des régimes totalitaires européens de la première moitié de XXe siècle.
A la « Limpieza de sangre » qui était le porte-étendard de l’Espagne inquisitoriale s’ajoute un concept nouveau pensé et forgé par les historiens espagnols au XIXe siècle, siècle de l’explosion des nationalismes en Europe et de leur
idéalisation : la Reconquista. Si le premier est lié au racisme d’Etat, le
second bien que postérieur dans son utilisation à la prise des terres aux
musulmans ainsi qu’à la déportation a été inventé pour légitimer la guerre
faite à « l’ennemi de la foi », mais aussi justifier ce qui est en
fait une politique expansionniste colonialiste. Pour étayer cette assertion,
posons-nous la question : peut-on reconquérir la terre d’autrui ? La
réponse est certes non ! Les arguments que nous pouvons donner sont en
plus de l’origine même des morisques, toutes les villes prises sur le littoral
maghrébin après la chute de Grenade tout au long de la marche de cette Espagne
vers le sud ; Sebta (Ceuta) prise en 1415 par le Portugal, ce dernier
était espagnol depuis 1580, Mellila en 1497, soit cinq ans après la chute de
Grenade alors qu’Oran est tombée en 1509.
Pour ce qui est de l’origine des morisques, et pour mieux appréhender les faits, le rapprochement entre l’Espagne et l’Afrique du Nord s’avère nécessaire. En effet, tout comme les Berbères du Maghreb qui ont embrassé l’Islam et adopté la langue arabe, les Andalous sont des Ibériques qui se sont convertis et arabisés, la conversion
ainsi que l’arabisation des premiers et des seconds a obéi au même phénomène
c’est-à-dire : l’apport des musulmans issus des « foutouhate »
(l’intégration des provinces dans l’empire temporel de l’Islam) est marginal si
on le compare au soubassement constitué par les autochtones. « Ce n’est
point par les armes que l’islamisme s’était établi dans plus de la moitié de
notre hémisphère, cela a été par l’enthousiasme, par la persuasion… »
L’auteur de cette phrase, Voltaire, est pourtant connu comme l’un des plus grands islamophobes de l’ère des Lumières. L’islamisation suivie de l’arabisation est un événement fondateur d’un nouveau peuple dont les caractéristiques psychologiques et l’orientation éthique diffèrent fondamentalement des populations précédentes et de celles qui n’ont pas adhéré à ce big bang. Les morisques sont ces musulmans qui, malgré le parjure avéré - car il faut rappeler que le royaume de Grenade a capitulé le 2 Janvier 1492, que le traité de capitulation stipulait le respect de la liberté du
culte, de la langue arabe, des us et coutumes ainsi que le respect de tous les
biens - sont restés dans leur patrie. L’armée de l’Espagne inquisitoriale sous
l’instigation du cardinal Cisneros réunissait les musulmans et leur jetait de
l’eau bénite, le but de cette conversion forcée était de les soumette à
l’inquisition, soumission qui avait pour schéma de les déposséder de leurs
biens, de les exterminer. Malgré toutes ces exactions, ils sont restés, étant
obligés sous le feu de lois scélérates promulguées tout au long du XVIe siècle
de sacrifier ainsi les manifestations extérieures de leur identité. N’est-ce
pas là la preuve évidente du lien viscéral qui les rattache à leur terre ?
Sur ce point, nous pouvons faire la comparaison avec l’Algérie où les Européens ont préféré la quitter plutôt que d’accepter, comme l’ont fait les Blancs sud-africains, la simple égalité politique avec ceux dont ils ont occupé le pays. Les historiens avouent pour la plupart que le mot « Reconquista » est utilisé à tort, mais disent
préférer continuer à l’utiliser car très « courant ». N’est-ce pas là
de la malhonnêteté historique ? Les morisques, victimes d’un des plus
grands drames humains, continuent à en payer impitoyablement le prix par
l’occultation de leur tragédie et par la falsification historique où des
historiens osent parler de polémiques avec les chrétiens entre 1499 et 1614,-
date de la fin de leur extermination - au lieu de parler des persécutions entre
ceux qui ont toute la force et ceux qui n’ont que leur foi.
D’autres osent juger de leurs moyens de résistance lors de leur grand soulèvement de 1568-1571, à l’instar d’une autre tragédie, contemporaine celle-là, celle des Palestiniens. Il est grand temps de rendre justice aux morisques et que l’Espagne montre qu’elle peut faire repentance autrement que sur la pression des puissants. En 1992, l’actuel roi d’Espagne a demandé pardon aux Andalous de confession juive, expulsés dès la conquête de Grenade, alors que leur roi, Abou Abdallah, dit Boabdil, les avait protégés par l’acte de capitulation. Mais les rois catholiques, arguant
de la différence de religion du roi et de ses sujets, ont entériné leur premier
parjure.

Avis des lecteurs...


Le 5.01.2010
à 21h20

Article impressionnant qui ouvre des perspectives stimulatrices pour des études historiques sérieuses concernant une partie de notre histoire commune dans l’Occident musulman. Il balaye beaucoup de fausses idées et met à mal les mythes. J’espère que le journal El Watan continuera à contribuer à ce renouveau des études historiques bien étayées.


4.01.2010
à 14h47

bel article en effet, là on se rend bien compte de la politique 2 poids 2 mesures !


Le 3.01.2010
à 18h20


C’est vrai que les espagnols n’ont jamais fait dans la dentelle : la reconquista, l’inquisition, le massacre des indiens,l’agression contre les anglais d’Élisabeth 1ère,le massacre par des franquistes des républicains etc... Mais il ne faut pas oublier aussi que les musulmans n’ont pas aussi été tendres : Les almoravides, les almohades ont
aussi persécuté les populations quelles soient musulmanes, chrétiennes, juives
pour les convertir de force à leur intégrisme et plus tard les turcs qui ont
institué la terreur dans les pays conquis comme en Algérie par exemple !




Je pense que vous faites une confusion entre quelques persécutions qui ont eu lieu dans toutes les parties du monde et un génocide qui a "effacé" une population de la surface de la terre. Vous êtes injustes pour les Ottomans qui ont protégé le Maghreb de la férocité des Espagnols et lui ont permis de vivre libre et puissant pendant
trois siècles.



Le 3.01.2010
à 12h31


Bel article ! mais cependant on dit que" avant de battre un chien on vérifie qui est son maitre" .
Les musulmans n’inspirent pas de respect aux puissances oocidentales :
cela est clair , le musulman ets appréhendé comme fanatique et intolérant, et
le plus grave ses gouvernants , desunis, sont des lèche-bottes.Comment
voulez-vous que l’Espagne demande pardon ?





Tout à fait raison, les musulmans n’inspirent pas respect, ni de par le groupe social, ni de par leur gouvernement. Exceptés certains individus qui ont plus brillé par leur
compétence personnelle que par leur identité religieuse.
Tant que les musulmans ne comprennent pas que le respect s’arrache avec leur developpement économique et scientifique, ils resteront toujours la risée des peuples d’autant plus blamables, ils sont situés sur des contrés géographiques riches en matières premieres et en terres fertiles.
On aurait tout fait pour pointer du doigt les japonais avec mépris, qu’inspire ce peuple aux yeux des occidentaux ? On devine pourquoi !
Quand aux juifs, ils restituent leurs repects grâce à leurs groupes de pression, l’histoire retiendra qu’ils nesont pas solidaires de leurs compatriotes qui ne partagent pas leur religion, à l’instar du décrêt crémieux où ils ont tous choisis de se mettre avec le puissant du moment quitte à se désolidariser de leurs voisins
non-corréligionnaires.



http://www.elwatan.com/1609-2009-Quatrieme-centenaire-d
avatar
د. جمال بن عمار الأحمر
رئيس منظمة الشعب الأندلسي العالمية
رئيس منظمة الشعب الأندلسي العالمية

الجنس : ذكر
العمر : 57
تاريخ الميلاد : 22/02/1960
تاريخ التسجيل : 02/05/2009
عدد المساهمات : 2914
نقاط الشكر على الجدية الأندلسية : 3
نشاطه في منظمة ش الأندلسي ع : 4847
العمل/الترفيه : أستاذ جامعي. مؤسس في حركة إسلامية قوية في نهاية السبعينيات. وسياسي قديم. ومرشح برلماني سابق

http://www.andalus-woap.org

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة

- مواضيع مماثلة

 
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى